26/07/2013

La Vocce Della Luna - 1990

LA VOCE DELLA LUNA


Fellin La voce.jpgDernier film de Federico Fellini, sorti en 1990 avec Roberto Benigni (Ivo Salvini), Paolo Villagio (le préfet Gonnella), Nadia Ottaviani (Aldina), Marisa Tomasi (Marisa-la-Locomotive). Le scénario est basé sur Il Poema Dei Lunatici (Le Poème des Lunatiques), un roman de Ermanno Cavazzoni. Il est signé par Fellini, Tullio Pinelli et l'auteur de l'ouvrage. 

EVOCATION : Ivo, par l'entremise des puits, parle avec la déesse de la féminité, la Lune. Singulier, rêveur, pierrot lunaire, capable pourtant d'aimer le temps dans lequel il vit, il a la nostalgie de son enfance et de sa merveilleuse grand-mère. Il est candidement amoureux de la belle Aldina au beau visage lunaire.  Il la célèbre avec les vers de Leopardi. Mais il n'est pas aimé d'elle. Yvo fait un soir la connaissance d'un personnage frénétique, le préfet Gonnella, sorte de paranoïaque passéiste, attachant et exaspérant, effrayé par l'image de la mort, en rébellion contre le monde entier. L'histoire s'avance dans une réalité onirique à cheval sur le conte et la poésie et, parfois, sur le terrible balai de la réalité.

SENTIMENT : Le génie inventif, la science narrative, l'art de bâtir un univers singulier, tout, chez Fellini, est intact. Et son goût pour les êtres singuliers. Et son hymne aux femmes. Les trouvailles savoureuses et pertinentes, poétiques et bouleversantes abondent dans ce chef-d'oeuvre ultime entre le professeur de musique persécuté par l'art et qui se réfugie dans sa tombe pour s'entraîner à disparaître, la sulfureuse et insatiable Marisa promue véhicule métaphysique au terme d'une furieuse étreinte avec son époux de poche, le théâtre érotique d'une fenêtre ouverte dans la nuit, l'invention de la campagne et des puits dans la brume, les égoutiers voleurs de la Lune, la déploration (néologisme qui signifie : je regrette de tout mon être et de toute mon âme que cette chose existe) l'horrible griffe tendue vers le ciel des antennes télévisuelles, le terrible poison de la publicité et du bruit, le merveilleux, le mystérieux secret du silence et de l'écoute. Fellin signe là ce qui sera son dernier film : un immense poème cinématographique. 

Fellini Benigni.jpg

La musique est de Nicola Piovani

http://www.youtube.com/watch?v=FLFgvkMT_-Y

Quelques extraits de l'oeuvre

http://www.youtube.com/watch?v=5ch2K6lzz6I

http://www.youtube.com/watch?v=PUq7Wmw4y90

16:43 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.